Zendaya et Bella Thorne ? Ces noms provoquent-ils un soupçon d'émotion dans vos coeurs...Non ? Je ne suis pas étonnée. Pourtant si vous avez dans votre bestiaire quelques specimens d'ados, vous les avez peut-être surpris en train de regarder sur Disney Channel la sempiternelle rediffusion de la saison un de "Shake it up " Chicago.

Les deux mini stars de Disney distillent l'émission de chorégraphies sans inspiration et pas toujours synchros, sauvées par des intermèdes break et hip-hop qui eux sont souvent de très grande qualité.

Hip Hop

C'est ce genre de série qui poussent nos chères gamines (mais pas que ) à passer au crible et il faut bien le dire à "encombrer"  tous les castings de la galaxie pour décrocher un rôle même si elle ne savent pas mettre un pied à côté de l'autre.

Ma fille aînée a franchi le pas, si j'ose dire, en suivant des cours de "Dance" dans une association de banlieue, "Too High Spirit", mais elle se refuse à rester sur un nuage de rêve. Elle a pris conscience du sens que l'on donne aux mots rigueur, et effort.

De fil en aiguille elle a décidé de visionner certains DVD comme les Sexy Dance et s'est retrouvée confortée dans l'idée que le travail acharné combiné à un certain talent pouvait produire un résultat détonnant.

Puis, poussée par une curiosité, quelque peu épicée par l'épreuve du brevet, elle a ouvert des portes invisibles pour une grande partie de cette génération.

Elle s'est penchée sur les films musicaux américains des années 50.

A cette époque, sous la direction des Vincente Minelli, Stanley Donen, ou Georges Cukor, les prouesses de Gene Kelly, Fred Astaire, Ginger Rogers, et Cyd Charisse, éblouissent toutes ces foules qui furent privées de la culture américaine durant les années sombres du nazisme.

Jacquot de Nantes, Jacques Demy avait une longueur d'avance en réunissant Gene Kelly et Georges Chakiris, tout auréolé du succès de West Side Story, à l'affiche des Demoiselles de Rochefort.

La musique signée Michel Legrand de par la qualité des arrangements, servait admirablement acteurs et danseurs. Rien d'étonnant à cela quand on sait que le compositeur reçut une formation d'excellence auprès de Nadia Boulanger, au même titre qu'Astor Piazzola, maître es tango ou Quincy Jones.

Grégory Hines, Leslie Caron, Christopher Walken, Patrick Swayze, pour ne citer que les plus connus, sont les exemples types de ces acteurs qui maîtrisent toutes les facettes de l'entertainment.

Où veut-elle en venir me direz vous ?

A ceci : la scène c'est magique, le public qui rit de préférence quand vous êtes drôle, c'est grisant,  les spectateurs qui ovationnent les artistes et leurs offrent une standing ovation, c'est de l'adrenaline en cascade....Certes tout cela est vrai : les dédicaces, la presse, les photos, les limousines, c'est euphorisant en revanche la partie cachée de l'iceberg est faite de travail, de souffrances et de sacrifices. La réussite c'est un cocktail : il faut savoir maîtriser les doses et la cerise sur le gâteau s'appelle la chance ou le destin.